Lyon découvre des concertos de BORTNIANSKI

En mai et juin 2018 des mélomanes lyonnais ont pu découvrir des concertos pour chœur de Dmytro Bortnianski (1751-1825), compositeur d’origine ukrainienne, dont la musique était apprécié par Hector Berlioz.

Le groupe vocal La Cantoria (Francheville) accompagné par le chœur ukrainien de Lyon Doudaryk ont donné trois concerts intitulés « De l’art allemand à l’âme slave » (le programme étant consacré aussi aux œuvres de Josef Rheinberger).

800 spectateurs environ ont assisté aux représentations en l’église Saint-Antoine de Gerland (Lyon 7ème), Notre-Dame-du-Bon-Secours (Montchat, Lyon 3ème), et à la Basilique Saint-Martin d’Ainay (Lyon 2ème).

fullsizeoutput_2be1
Le 8 juin 2018, la Basilique d’Ainay (crédit photo : Eric Effantin)

українською

“Notre preneur du son qui est allée en Ukraine plusieurs fois, m’a fait écouter des disques (avec des concertos pour chœurs par Bortnianski – ndr). J’ai trouvé ça tellement splendide, qu’on s’est dit : “On fera un concert Bortnianski”, – a dit Emmanuel Drutel, directeur musical de La Cantoria.

“Ce qui est très spécial, c’est qu’on sent la double influence. C’est une musique qui nous parle, parce qu’il a fait ses études en Italie. Du coup, il a une formation classique européenne.  Et d’un autre côté il y a cet esprit slave qui est très fort”, – a ajouté le chef du groupe franchevillois.

“C’est tout à fait par hasard que j’ai appris qu’un projet autour de Bortnianski s’est monté en juin 2018, et je me suis dit “Dommage de passer à côté de ce projet. On a 4 petites pièces de Bortnianski, et moi, j’imaginais un jour monter un des concertos. Même si ce sont des pièces qui sont techniquement difficiles pour nous, qui sommes jeunes”, – dit Stéphane Janczarski, le chef de Doudaryk.

Le chœur Doudaryk a interprété ses 4 œuvres de Bortnianski dont la prière de liturgie Tiebie payom. La Cantoria a chanté le concerto 12. Et puis, les deux chœurs ensemble ont interprété les concertos 9 et 15. Ces concertos ont été composés en slavon d’église pour la liturgie du samedi et du dimanche de Pâques.

“On chante souvent Tiebie payommais on chante quasiment jamais les concertos pour chœur. C’est la musique qui est très peu diffusée en France, et qui n’est que rarement donnée”.

Selon le chef de La Cantoria, “les gens étaient très surpris de découvrir une musique qui est aussi belle et aussi peu connue”

«Cette production musicale a permis à Doudarykde se faire connaître sur la scène culturelle lyonnaise, et de faire découvrir l’Ukraine et son patrimoine musical. », – a conclu Stéphane Janczarski, directeur musical de « Doudaryk ».

Bortnianski était né en 1751 à Gloukhiv en Ukraine (à l’époque c’était l’Hetmanat, État des cosaques d’Ukraine sous protectorat russe). Il a composé des œuvres majeures à cette époque. Après son séjour de 10 ans en Italie, il fut le maître de chapelle de la Cour à Saint-Petersburg.

Hector Berlioz, qui avait écouté les prestations de cette chapelle, dira de Bortnianski que «dans toutes ses œuvres, on (…) plonge l’auditeur en de profondes extases, une prodigieuse entente des nuances… »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s